Parfois… ça sert à rien de comprendre

On bûche toute une vie pour se faire une place. On se fait claquer la porte au nez combien de fois et on a envie de tout sacrer là. On peine par bout, manque d’argent, de temps, d’inspiration. On a l’impression de se saigner à blanc pour obtenir un peu de reconnaissance.

On bûche toute une vie pour se faire une place. On se fait claquer la porte au nez combien de fois et on a envie de tout sacrer là. On peine par bout, manque d'argent, de temps, d'inspiration. On a l'impression de se saigner à blanc pour obtenir un peu de reconnaissance.

C'est comme un tsunami qui emporte tout ce que tu possèdes.

Puis, la vie nous envoie une tornade dévastatrice. La maladie ou la perte d’un être cher. La faillite ou un désastre naturel. Une épreuve qui massacre tout ce qu’on a tant bûché pour avoir.

Quand j'ai dû arrêter, j'ai cru qu'un gouffre s'ouvrait sous mes pieds. Et c'était un peu ça. Tout ce qu'on considère comme notre identité, notre acquis, nos repères, la place qu'on s'est taillée dans notre milieu professionnel tout comme personnel s'enfonce dans la vase. Tenter d'y retourner c'est de s'enfoncer aussi. C'est comme un tsunami qui emporte tout ce que tu possèdes. 

010907_0963_0005_lsls (2)
Déjà ça, c'est impossible à comprendre. On a pas d'autre choix que de laisser aller même si on en a pas envie et qu'on ne se sent absolument pas prêt à ce genre d'épreuve! Même que, on se dit : ben voyons dont! Chek ça chose! Je plonge dans la vase et je vais chercher tout ça avec mes gros bras et ma grosse détermination et puis, de la vase ça doit pas être si creux que ça!
Cherche pas à comprendre, chose...
Sors de la vase au plus maudit et trouve-toi un terrain sec pour reconstruire.
Alors, fuck l'analyse!
Car pour avoir un avenir, il faut se refaire dans le présent.

On fait ça. On se refait. On se reconstruit. Or, maudit qu'il faut encore bucher ! Et le corps ne veut plus suivre !
Alors il faut s reconstruire la maison de l'âme! Car celle-là n'est pas dans la vase. Elle est remontée avec nous. Se refaire veut dire se donner la chance de renaître. Se découvrir et se redécouvrir. Et choisir comment on se réalise.

Le personnel doit devenir le principal. Le professionnel on doit cesser d'y penser, de s'y attarder. Et l’avenir ? C'est trop loin quand on est en ruines. Ça ne veut pas dire qu'on n’y pense pas. Ça veut juste dire que le présent est plus important que l'avenir.
Quand je me suis sentie totalement dénudée et vide, paf! Moi qui pensais ne même pas pouvoir dessiner un bonhomme allumette… Me voilà le pinceau à la main et ça sort tout seul ! On dirait qu’il faut atteindre le fond du trou de vase pour découvrir qu'au fond de nous, notre âme a tellement de secrets à nous dévoiler!

Et d'autres qu'elle te garde en surprise pour nous les offrir en cadeau un moment donné. C'est ce qui m’est m'arrivée avec mes romans. Et ça c'est incompréhensible. Car je n'ai pas bûché !!!!J 'ai créé avec mon cœur, mon âme, mon imaginaire, mes sentiments. Et ce sans rien chercher de plus.

C'est pourquoi c'est si surprenant. Je ne comprends plus rien ! Mais lui en haut, le plus grand que soi, en dedans ou en dehors, il a l'air de comprendre.
Mes deux premières toiles
Image 005
Parfois, ça sert à rien de comprendre... Faut juste remercier. Et toucher le sacré. Voir le sacré dans tout ce qui nous entoure. Dans ceux qu'on a dans sa vie. Dans les petits gestes de tous les jours. Chercher le sacré au lieu de chercher la compréhension. Car parfois, ça sert à rien de comprendre...

Depuis que je cesse de tenter de comprendre, j'ai l'impression que mon chemin est tracé et guidé. Où il me mènera, qui sait? Lui en haut, le plus grand que soi, en dedans ou en dehors, il a l'air de comprendre à ma place. Je vais le laisser faire. C'est ben moins compliqué! Il bûche à ma place...
Comprenez-vous quelque chose là-dedans vous autres?